Suite – 05 – CLAP SPECIAL


 
Patrick Dewaère accepte d’interpréter n’importe quel role. Il n’a pas d’à priori sur la nature de ce qu’il faut accepter ou non. Il pose cependant, pour condition essentielle, que le role lui plaise et  »le change ».
Par son sens de la  »politique des auteurs », sa grande ouverture et son sens inné de l’analyse de son metier qui l’entraineront vers une diversité de roles à jouer. Patrick Dewaère s’évitera d’ètre affublé aux yeux du public, d’une image déterminée :  »je ne veux pas » dit Dewaère, imposer une image comme  »De Funès » ou  »Pierre Richard », ce sont des gens qui se laissent enfermer dans un truc et qui n’arrivent plus à en sortir. Je parlais récemment avec Pierre Richard, et il me disait :  »j’aimerais bien faire des films comme toi ! ». Je lui ai répondu :  »oui; mais tu prends 250 millions par film, alors, il faut que tu fasses 500.000 entrées. Si tu veux faire ça, tu es obligé d’avoir un public et de lui donner ce qu’il veut, parce que lorsqu’ils dépensent vingt-cinq balles, ils savent ce qu’il vont voir ! Tu ne peux plus les étonner ! si tu veux les étonner, il faut prendre 30 ou 40 millions par film, comme moi !
Comme ça on peut faire des premiers films, et ne pas ètre esclave ! 
Publicités

Laisser un commentaire si un article vous plait

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s