Suite – 09 – CLAP SPECIAL


 
 »Quand j’étais Maurin, j’allais tirer des sonnettes, mon press-book sous le bras, dit-il. On me disait :  »Ah, vous ètes un Maurin, vous ètes le combien ? ». Lorsque je suis devenu Patrick Dewaère, on ne m’a pas reconnu. Mais désormais, je ne demandais plus, c’est moi qu’on demandait ! » Et voici donc que commence pour Patrick Dewaère une veritable carrière, avec ce que cela comporte comme haut et bas. Ses parents lui demande de tenter le concours d’entrée au conservatoire.  »J’ai raté deux fois ce concours », avoue-t-il, je ne suis pas doué pour les examens. J’ai mème échoué  trois fois au baccalaureat ». A la suite de ces échecs répétés, la famille Maurin decide de laisser le  »jeune Dewaère » vivre sa vie comme il l’entend.
Patrick ne prendra pas vraiment de décision, il s’en remettra au hasard, comme il continuera par le faire par la suite.  »Je me laisse toujours porter par les évènements, dit-il, par la vague… ». Pendant quelques temps, le jeune acteur poursuivit donc sa vie errante entre les différents petits boulots alimentaires et les petits roles inintéressants lorsqu’en 1968, une rencontre bouleversa sa vie. 
Publicités

Laisser un commentaire si un article vous plait

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s