Archives Mensuelles: février 2006

Nouvelle Vidéo exceptionnelle

 
Je viens de mettre en ligne une première partie d’une longue interview Vidéo, de 19 mn
de Patrick DEWAERE.
Cette interview est trés importante car elle se passe chez lui, à Paris,
Impasse du Moulin vert.
Elle est importante parce que c’est surement la dernière qu’il est pu faire à un journaliste. Il s’agit d’un journaliste Canadien : Michel JASMIN.
Cette interview a été réalise le 13 juillet 1982, sous l’orage qui gronde,
soit trois jours avant son suicide ! en ecoutant attentivement ses paroles, Patrick ne donne vraiment pas l’impression que trois jours plus tard, il allait mettre fin à ses jours ! 
Cela donne à réflechir quant aux cause de son geste fatal.
Je ne tarderais pas à mettre en ligne, les deux autres parties de cette vidéo exceptionnelle !
Soyez attentif, et revenez voir mon blog pour suivre la suite de cette interview !

Des nouvelles photos

 
Je viens de mettre des nouvelles photos sur l’album  »Dewaère avec classement ».
Ce sont des photos du Film  » F Comme FAIRBANKS  ».
Par contre je ne peux plus en rajouter avant le début du mois prochain, car j’ai atteint ma limite mensuelle !
J’ai renomé les photos de l’album  »Dewaere avec classement », pour que ce soit plus lisible pour ceux qui aime bien s’y retrouver, et quand j’ai de nouvelles photos, elle sont rajoutées aux autres,toujours à la fin de chaque titre de films
N’hesitez pas à faire des commentaires !
En géneral je fais une visite quand cela est possible, sur les Blogs de ceux qui me rendent visite. D’ailleurs si ils le désirent, je leur laisserais un petit message, signalant ma visite.
 
Je vais souvent faire un tour sur le blog de MYCE, je trouve qu’il est trés bien fait, et bien documenté. Je sais que elle aussi, me rend souvent visite.

Nouvelle VIDEO

 
Je viens de rajouter une nouvelle vidéo de Patrick MAURIN, qui deviendra plus tard
Patrick DEWAERE. On voit dans cette vidéo les debuts trés prometteurs de ce trés jeune acteur. C’est un film de Henri Diamant-Berger, intitulé :  » Monsieur FABRE  », sorti en 1951.
Avec deux de ses frères (Jean-pierre MAURIN et Yves-Marie MAURIN) il tourne au coté de Pierre FRESNAY.
Dans le film, Patrick est le plus petit des enfants, il se prénome  » Emile  ».

Suite – 18 – CLAP SPECIAL

 
Dewaère enchainera ensuite avec  » La Meilleure Façon de Marcher  » de Claude Miller. Patrick résume ainsi ce film :  » Claude Miller  a fait un film sur la tolérence sur le plan sexuel. Moi je fais le taré de l’histoire, rigide sportif, le moniteur de colonie de vacances qui mène les gosses à la baguette. Patrick Bouchitey est lui un type ouvert, sensible, qui les fait tendre vers autre chose ! Ses problèmes, il les accepte sans les avouer, alors que l’autre, Marc, que je joue, les refuse pour lui-mème. C’est un film dur, violent  ». Dans une interview un peu plus tard, Patrick Dewaère avouera :  » Dans le film de Miller, cette espèce de macho, de dur, de sadique, c’est quelqu’un que j’ai vraiment été à un moment de ma vie, comme ce sadique avec Bouchitey dans le film. Je suis ce personnage. Le sujet du film c’est le droit à la différence. Celui qui n’est pas comme vous et qui est là à coté de vous a le droit de vivre. C’est trés rare à l’heure actuelle. C’était important de faire un film là-dessus".
Le role de Marc, notons le, comportait des difficultées de jeux au niveau des nuances propres au personnage incarné, que peu de spectateurs ont techniquement perçues. La presse unanime devait reconnaitre l’excellente prestation de Patrick Dewaère et l’excellent propos du film qu’elle qualifie de chef-d’oeuvre.
A la suite du succés obtenu par  »La Meilleure Façon de Marcher », Patrick Dewaère reçut des dizaines de propositions de films d’ou ressortait pour principale particularité la sexualité équivoque des personnages qu’il devait interpreter.

Commentaires !

 
Je remercie tous ceux qui ont eu le desir de passer sur mon BLOG consacré à un grand Artiste,
Patrick DEWAERE? hélas disparut trop tot ! Mais surtout je tiens à remercier ceux qui ont eu le gentillesse de laisser un commentaire au bas d’un billet : KARINETTE, THE MAN WITH THE GOLDEN, MISTYKOUETTES et surtout MYCE, alias EMILIE qui en a mis plusieurs ! N’hesitez pas! ça n’engage à rien et ça fait plaisir !!!

Suite – 17 – CLAP SPECIAL

 
C’est à peu prés à cette période que Patrick Dewaère va commencer à réflechir de manière plus intense sur son métier d’acteur. Il va parfois y faire attention, il acceptera aprés une certaine hésitation de jouer aux cotés de Lino Ventura dans  »Adieu Poulet » de Pierre Granier-Deferre. A ce propos, il dit :  »Ce qui m’intéresse, c’est d’abord ce qui dérange le train-train des choses qui sclérosent, les histoires qui portent et qui font de l’effet, mème quand elles provoquent le rire énorme, ou la dérision. Quand on m’a proposé de jouer un flic dans  »Adieu Poulet », j’ai d’abord fait un bond, moi, un flic ? Puis j’ai pensé que ce serait chouette de travailler avec Ventura…. ».
Dewaère fera alors connaissance de Lino Ventura, mais de manière bien particulière :  »Je ne pourrais pas jouer quelqu’un que je ne connais pas. Il faut qu’il se passe un truc. Avant de tourner  »Adieu Poulet » avec Lino Ventura, on a fait des virées. On s’est bourré la gueule ensemble, aprés, tout allait de soi » (Elle No. 1585 du 24 mai 1976).  »On est deux flics ordinaires, deux incorruptibles, pas des montagnes d’honneurs bordées par le sens du devoir ». Pour Dewaère, etre comedien ce n’est pas forcement jouer des personnages positifs qui rassurent :  »Je n’ai pas l’intention, dit-il, d’incarner des héros. Je laisse volontiers ces roles à d’autres. Jouer les pauvres types et les crétins ne me fait pas peur. Le cinéma c’est la vie, et la vie est ambigue ». (Le journal du dimanche – 14 décembre 1975). Ce film sera unanimement salué  par la critique. Dans l’Aurore, on lira notamment :  »Adieu Poulet » nous montre d’une manière simple, mais vraie, la façon dant la discipline règne à l’intérieur d’un service de police, cela est le coté document du film qui a été réalisé d’ailleurs avec un minimum d’effets et un maximum de véracité ».